L’APTS demande l’intervention du ministre Barrette

La présidente de l'APTS, Carolle Dubé.

La présidente de l’APTS, Carolle Dubé.

L’APTS se réjouit de la décision du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, de suspendre la hausse des tarifs pour les repas et le transport dans les centres de jour.

« Il s’agit d’une bonne nouvelle pour la population, affirme la présidente de l’APTS, Carolle Dubé. Les plus vulnérables de notre société n’ont pas à être les éternelles victimes de l’austérité. »

La hausse des tarifs pour le transport et les repas en centres de jour avait été annoncée et selon la présidente de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), Carolle Dubé. « Cela constituait un frein majeur à l’accessibilité des personnes les plus vulnérables de notre société : les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite. »

L’Association qui regroupe 32 000 Indispensables occupant des postes professionnels et techniques dans le réseau de la santé et des services sociaux considère que cette hausse combinée du transport et des repas en centre de jour a explosé de 83 %. Elle soutenait qu’une personne qui fréquente un centre de jour une fois par semaine aurait vu à terme ses frais passer de 468 $ par année à 858 $. Si elle s’y rend deux fois par semaine, les coûts passeront de 936 $ à 1716 $.

«Si le gouvernement voulait vider les centres de jour, il ne s’y prendrait pas autrement, se désolait Carolle Dubé. On réduit les heures et on augmente les tarifs. Après, on nous dit qu’on ne touche pas aux services. C’est un mensonge.»

Les centres de jour donnent des services en physiothérapie, en éducation spécialisée et en travail social en plus de briser l’isolement. En fait, ils permettent de maintenir les personnes âgées à domicile et ainsi d’éviter le plus longtemps possible de passer par l’urgence ou d’aller en CHSLD.